Michel Vincenot

Paroles de danses Entrer

Regarde-moi ! – Kirsten Debrock

«Regarde-moi !» Ce qui est présenté ici comme une injonction est en réalité une nécessaire condition pour découvrir la danse. D’habitude, c’est le spectateur qui est invité à la regarder de façon englobante pour éviter l’écueil des malentendus : la compréhension lire plus

Privolva – Olatz de Andrés

Trois tabourets, un secret, un univers inaccessible et l’entrée dans un espace indéfini modelé à l’infini jusqu’à la conscience aigüe de l’être. « As-tu peur de la conscience ? » Ce seront les derniers mots du spectacle. Mais auparavant, ces êtres hésitants, chancelants sont en suspension dans un décor vierge de tout a priori que trois danseurs investissent lire plus

Vies, les corps à l’ouvrage, pour jouer [Inédit]

Imaginez une histoire dans laquelle vous seriez les principaux acteurs ; une histoire dans laquelle les objets sont chaque fois différents, les instruments de musique aussi : une batterie, une clarinette, une contrebasse. Ce soir, c’est avec une contrebasse et un musicien qui découvre VIES pour la première fois lire plus

A time to mourn – Iris Karayan

Iris Karayan cherche, dans ce duo de femmes, la dualité entre l’homme et l’animal, entre le bien et le mal, entre « mon » territoire et celui des autres. Tout ce que l’on porte en soi de façon archétypale. lire plus

Eloge de la métamorphose – Catherine Dreyfus

Quand l’humanité émerge des enfermements qu’elle a elle-même générés, elle est loin d’imaginer qu’une société d’esclavage s’est installée de façon pernicieuse à l’insu des individus qui la composent. Celle de la consommation n’en est qu’un des symptômes lire plus

One – Kirsten Debrock

L’individu est unique, c’est pourquoi il est fondamentalement un être de relation. C’est le paradoxe de l’humain. Son unicité solitaire le prédispose à chercher des prolongements dans l’altérité. Mais avant d’entrer en relation, il doit se soumettre à ses propres limites : lire plus

Ici – Olivier Normand / Mylène Benoît

Cet étrange rapport au temps qui consiste à revenir sur le passé récent d’un événement vécu par un autre interprète, 30 secondes auparavant, est une prouesse mentale qui nécessite une capacité de présence soutenue à l’instant qui arrive, «ici» et pas à un autre moment. lire plus

Leg acy, solo – Iris Karayan

Manteau noir et jambes nues, Chara Kotsati danse sur la musique imposée du compositeur tchèque Jiří Teml. Si la musique tranche dans le mouvement de la danse, les gestes de la danseuse sectionnent dans le mouvement de la musique, au point qu’elle en devient elle-même instrument musical. lire plus

Solides, Lisboa – Eléonore Didier

Dans l’espace blanc ouvert au silence, seuls quelques bruits de rue, venus du lointain, portent Eléonore Didier de la vie quotidienne au plateau épuré. Cette interprète subtile voulait pour l’occasion quitter la danse, juste un moment, le temps de s’affirmer femme d’abord plutôt que danseuse, et de mettre des images en lire plus

La storia – Ennio Sammarco / Jean-Emmanuel Belot

Cette histoire sans narration s’apparente au symbole fondateur plus qu’au récit anecdotique. En somme, La storia serait une genèse des fondements communautaires de l’homme sorti tout droit de l’animalité. Ennio Sammarco et Emmanuel Belot en déconstruisent les strates, les empilent, mélangent les époques et les références historiques. lire plus

Naître et disparaître – Michel Vincenot

Les étudiants de l'Ecole Supérieure d'Art et de Communication investissent la totalité du Théâtre Saragosse à Pau (Espaces Pluriels) et le transforment en un lieu étrange où resurgit l'histoire des artistes et des publics qui l'ont fréquenté. Un théâtre est par nature...

lire plus

Rendre visible – Michel Vincenot

Après quinze ans d’existence, le festival de danse «Plurielles» prend fin et laisse place désormais à deux temps forts annuels : un «Parcours découverte» pour rencontrer un(e) chorégraphe - cette année Sylvie PABIOT est notre invitée privilégiée pendant une semaine -,...

lire plus

L’écharpe grise – Daniel Dobbels

« Tenir toutes choses à leur naissance », dit Valère Novarina. C’est la prééminence de la danse lorsqu’elle prend en considération la destiné du corps et son cortège de questions irrésolues. Le geste d’abord, dont on ne sait pas exactement où il gît, d’où il provient, et pourquoi il surgit à cet instant précis. lire plus

Daybreak – Erika Zueneli

La nuit a effacé les doutes et lissé les contrastes. À l'aube, les formes indécises sont restées suspendues dans l'attente d'une métamorphose, jamais vraiment possible, ou alors démesurément espérée. C'est pourquoi l'oiseau ne danse pas au lever du jour. Il observe, sent l'air avant de s'envoler lire plus

Ukiyo-e – Céline Lapeyre

Temps arrêté, délicatement suspendu, à la façon des estampes japonaises. Céline Lapeyre danse le mouvement de ce « monde flottant », l’Ukiyo-e, recomposé subtilement autour des peintures de Jérôme Bosch, Bacon et Picasso. L’air de rien, elle les visite dans des trajectoires qui sont lire plus

Objecte – Sylvie Pabiot

Dans un monde «cassé, piétiné», selon les mots de François Béranger, un monde où les corps explosent en débris dans l’indifférence internationale – faits banals et quotidiens -,Sylvie Pabiot met les corps en éclats, lire plus

Idem – Laurence Wagner

Sur le ventre ou sur le côté, le glissement au sol est une façon de retrouver ses racines. Idem pourrait être une répétition à l'infini des gestes de l'humanité, sans autre différence que l'habitude des mouvements codifiés que nous reproduisons quotidiennement. lire plus

Sans titre – Sophie Lamarche Damoure

Il y a comme ça des petites perles insoupçonnées qui méritent qu'on s'arrête un instant. Un fauteuil, une longue robe bleue, comme ses yeux, et un très joli solo de 17' chorégraphié et dansé par Sophie Lamarche. Elle vient de Normandie. Elle est discrète comme une petite souris, sensible et singulière. lire plus

Un détroit – Sylvie Pabiot

Je ne te connais pas. Je ne sais de toi que le passage resserré du détroit, passage obligé d’une naissance à l’autre. L’homme dans son histoire se laisse piéger malgré lui dans des impasses. Alors il résiste à tout ce qui peut lui ressembler : un solo pour la solitude, un duo pour la rencontre, un trio pour la vie sociale. lire plus

Les arpenteurs – Michèle Noiret

Dans le dédale des espaces que nous tentons d’appréhender – sans toujours les comprendre -, de les subir tant bien que mal, de les habiter au mieux, « nous marchons les yeux fermés vers l’être que nous sommes. » Nous n’en mesurons que le temps : temps répulsif, temps du plaisir, temps de l’abandon choisi (l’amour) ou de la soumission brutale (la mort). lire plus

Journal d’inquiétude – Therry Baë

Ne vous fiez pas au titre. Ce spectacle est un cadeau de tendresse, d'humour et d'intelligence. Thierry Baë, ce chorégraphe-interprète qui a travaillé avec les plus grands de la danse (Josef Nadj, Catherine Diverrès, Mathilde Monnier, Mark Tompkins et Bernardo Montet), lire plus

En plein cœur – Christian et François Ben Aïm

Violence, désarroi et tendresse s'entrelacent dans l'insoumission et l'abandon. Le «Zucco» complexe de Bernard-Marie Koltès, mais direct parce qu'il libère l'écriture des corps, est réinterprété de façon singulière par les deux frères Ben Aïm, Christian et François. Leur «Roberto Zucco» touche en plein cœur lire plus

10′ / Ni, Et – Daniel Dobbels

Dans la tension et la retenue, le petit geste ouvre à l’infime de l’espace et en suggère paradoxalement l’immensité. Le frémissement, presque invisible, rallie le geste à l’instant et le temps au corps. C’est le mystère de la danse. Jusqu’où le geste peut-il aller pour transgresser l’espace qui lui est dévolu lire plus

D’un jour à l’autre – Daniel Dobbels

Qu'est-ce qui tient le corps en éveil ? Quelle est cette intelligence primordiale qui le traverse, sans que ni les danseurs ni le chorégraphe y soient pour quelque chose ? Certes, il y a «la langue Dobbels» (Marie-Christine Vernay) et les langages singuliers des interprètes lire plus

Parlez-moi – Thierry Escarmant

Passage dans l'épaisseur de la vie, ponctuée par quatre traversées dans le temps... et le chant qui le prolonge au lointain. Si la danse est l'expression de perceptions dont le corps saisit les instants, le chorégraphe en est le visionnaire. Il écrit ces états de corps dans un espace qui relie au temps des autres. lire plus

Masculin pluriel – Christian Bourigault

Êtes-vous fier d'être un homme ? «Je ne sais pas si je suis un homme». Cette question en suspens met en mouvement le processus de Masculin pluriel. En tout cas, c'est le préalable qui a pu pousser Christian Bourigault à s'intéresser de plus près à ces paroles d'hommes, lire plus

Sorelline – Caterina Sagna

Tout sonne faux dans cette pièce... et pourtant, tout est parfaitement juste. Jusqu'à l'intensité des situations, comme sait les mettre en scène Caterina Sagna. Elle dédie cette chorégraphie à «l'édification et au profit des jeunes filles», avec un brin de malice, bien sûr. lire plus

She never stumbles – Daniel Dobbels

Quand le geste s’initie en deçà du corps, avant que la plus petite pulsion de vie ne trouve sa raison d’être, la danse est déjà à l’écoute de l’infime vibration. L’imperceptible frémissement du corps y est une force ineffable qui s’oppose, sur le dos de la main, à la terre qui l’a fait naître. «Elle ne vacille jamais parce qu’elle n’a pas d’endroit où tomber.» lire plus

La testimone – Caterina et Carlotta Sagna

Quand elle convoque sa sœur pour vivre en résonance avec elle, Caterina Sagna se fait le témoin des allées et venues d’une parole qui traverse le quotidien, du plus banal au plus insolite. Un duo joué/dansé sur quelques textes de Lluisa Cunillé, jeune écrivaine catalane. lire plus

Exercices spirituels – Caterina Sagna

Elle est belle, elle est grande. Ses doigts longilignes remodèlent le corps, inspiré des "Exercices spirituels" d'Ignazio de Loyola, à travers la lecture qu'en a donnée Roland Barthes. Par ses costume et décor, le peintre-scénographe Tobia Ercolino accompagne Caterina Sagna lire plus

Brucelles – Karine Pontiès

Elle vient de Belgique avec 6 danseurs, cinq hommes et une femme. Rapport étrange de ces hommes en noir et de cette femme en blanc. Égarés d'un champ de bataille, à la limite de l'univers carcéral, ils dansent, ils chantent, ils traversent le tragi-comique de l'existence. lire plus

Algo sera – Nathalie Collantès

Huit danseurs et un moment d’exception où la danse convoque les corps. Exigence d’une traversée dans l’en-deçà du geste, avant qu’il ne trouve le juste mouvement. Ce qui résiste au corps doit être investi avec précision, dans la vacuité et les mouvances du temps. lire plus

Wanted ou profil bas – Thierry Thieû Niang

Wanted, à l'étape d'une recherche où la danse transite par les territoires de chacun des interprètes. Le fil tissé traverse ainsi le corps dans ses formes et ses approches singulières. Wanted, corps en explorations, à l'écoute de l'espace qui appelle le devenir d'un temps commun, pour faire éclore le désir des plus fines qualités que préserve chacun des danseurs... lire plus